fbpx

Les trois principales raisons du véganisme.

Le véganisme est un mode de vie qui vise à lutter contre l’exploitation animale.

Au-delà de la protection animale, les raisons du véganisme sont nombreuses. On trouve aussi bien la protection de l’environnement que les bienfaits pour notre santé.

C’est ainsi que Quentin du site mercivegan.fr nous explique au travers de cet article les trois principales raisons du véganisme.

1 – La protection des animaux

La grande industrie utilise les animaux dans des conditions difficiles, voire intolérables.
Dans des abattoirs, le bétail dispose de peu d’espace et parfois même ne voit pas la lumière du jour.
Plusieurs associations s’engagent pour protéger les animaux. L’association l214 montre sur sa chaîne YouTube des vidéos de plusieurs abattoirs de France. Les animaux concernés sont les porcs, les bœufs, les volailles ou les abeilles (pour la production de miel).

Le véganisme permet de ne plus voir de souffrance animale en abattoir.

Et si les conditions de vie des animaux dans les abattoirs sont difficiles, le transport jusqu’à l’abattoir est une épreuve tout aussi compliquée. Les animaux peuvent rester plusieurs heures voire plusieurs jours sans manger ni boire. Puis vient le déchargement, très brutal, qui se passe souvent avec un aiguillon électrique, à l’origine de nouvelles souffrances.

En optant pour une alimentation végétale, c’est-à-dire une alimentation sans aucun produit d’origine animale, nous contribuons à la protection de la vie animale.
De plus, afin de soutenir la vie animale, le véganisme est un mode de vie qui va au-delà de l’alimentation.

Par exemple, ce mode de vie privilégie le maquillage végan. Il s’inscrit en opposition aux marques de maquillage qui utilisent des matières animales pour leurs produits.
Le mode de vie végan favorise aussi les vêtements qui ne contiennent aucune matière animale.  Il inclut aussi  les modes de loisir qui n’exploitent aucun animal. En ce sens, le véganisme exclut le zoo, les corridas ou encore les cirques.

2 – Être végan pour l’équilibre de l’écosystème

L’élevage est la deuxième cause d’émissions de gaz à effet de serre. Il représente environ 15% des émissions globales (la première étant les transports).
Les gaz à effet de serre regroupent principalement le protoxyde d’azote (qui proviennent des engrais), le méthane ainsi que le CO2.
Pour faire la comparaison, la production de chaque kilo de viande bovine génère 27 kilos de CO2, pour seulement 0.9 kilo pour un kilo de lentilles. Une étude menée à l’université d’Oxford en 2016 a montré que l’adoption d’une alimentation végane à l’échelle mondiale diminuerait les émissions liées à la production alimentaire de 70%.

Se convertir au véganisme pour protéger la planète est une vraie bonne idée.

La production de viande est également en partie responsable de l’épuisement des ressources en eau. La viande rouge tout particulièrement consomme beaucoup d’eau pour sa production. Un kilogramme de bœuf par exemple nécessite près de 15 000 litres d’eau. Un kilogramme de soja est produit avec seulement 2 000 litres d’eau.

Enfin, l’élevage décime les forêts dans tous les pays. Pour créer de plus en plus d’espaces pour la production, l’homme sacrifie les espaces naturels. Et cela se traduit par un phénomène de déforestation à l’échelle mondiale. 80% des forêts du monde ont été détruites depuis les années 1950. Cela se remarque tout particulièrement en Amérique du Sud, au sein de la forêt amazonienne.

En choisissant d’adopter une alimentation végane, nous contribuons à la protection de l’environnement et au meilleur équilibre de l’écosystème.

3 – Les bienfaits santé du véganisme.

La principale dimension du véganisme repose sur l’alimentation.
Pour rappel, une alimentation végétale ne comprend ni viande, ni poisson, ni œufs, ni produits laitiers, ni miel.

Le véganisme est bien plus qu'une alimentation sans produits animaux.

En enlevant la viande de notre programme alimentaire, nous réduisons l’ingestion de toutes les graisses saturées que celle-ci contient, et diminuons ainsi le risque de maladies cardio-vasculaires à long terme.
La charcuterie tout particulièrement contient plusieurs additifs, à savoir le nitrate de potassium (E252) et le nitrite de sodium (E250), qui sont de véritables poisons pour notre organisme.

En retirant le poisson, nous diminuons la quantité de mercure consommé via notre alimentation, mercure qui fragilise notre système nerveux s’il est consommé en grande quantité. Ce sont principalement les gros poissons comme le thon qui en contiennent le plus puisqu’ils mangent des poissons plus petits ayant déjà consommésbeaucoup de mercure.

Enfin, le lait de vache comporte du calcium peu assimilable par notre organisme, ce qui limite ses bienfaits pour notre ossature. Sa biodisponibilité n’est que de 30%. En outre, la lactase qui est l’enzyme qui autorise la digestion du lait disparait chez l’adulte. Cela explique l’intolérance au lactose que beaucoup de gens ont, et la difficulté à digérer le lait et l’ensemble des produits laitiers.

Il est utile de savoir que les aliments végans couvrent bien les besoins de notre organisme, que ce soit en matière de nutriments, de vitamines ou encore de minéraux.
Le fer végétal ne manque pas et les protéines végétales sont très riches en acides aminés importants.
Pour en connaître plus sur le thème du fer pour les végans, consultez cet article.

Pour finir, le seul point noir essentiel du véganisme est la question de la vitamine B12. Il est alors recommandé de la consommer sous forme de compléments alimentaires car elle est présente uniquement dans les produits d’origine animale.

Plus qu’un simple mode de consommation alimentaire, le véganisme est donc un art de vivre. Il fait abstraction de toute exploitation animale et  ne comporte que des avantages. Est-ce votre avis?

Cet article vous a plu : restez informés en avant-première par email des nouveaux articles et recevez gratuitement mon ebook "Super-aliments : leurs secrets" en cadeau.

Cet article a 2 commentaires

  1. Merci pour cet article très clair!
    Concernant la protection animale, comment pensez-vous possible de lutter efficacement contre l’expérimentation animale dans les laboratoires?

  2. Bonjour. Ce n’est pas précisément le sujet de cet article mais il existe de nombreuses alternatives à l’expérimentation animale. Les scientifiques ont de plus en plus recours à des modélisations informatiques qui leur permettent de disposer de véritables sujets virtuels pour les expériences. Tout est essentiellement question de volonté et de moyens … comme toujours ou presque.

Laisser un commentaire

   

       

14 videos d'experts sur la santé au naturel.

Cliquez la bannière pour une découverte 100% GRATUITE !

Banniere du sommet des medecines naturelles

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Jean-Pascal Guillon

Le blogging est un hobby mais le bien-être, la nature et le développement, que d'aucuns qualifieront de durable et moi plutôt de responsable, sont de vraies passions. Lecture et écriture sont pour moi des outils de détente et j'espère au travers de mon blog vous communiquer mon intérêt pour ces sujets et vous permettre d'améliorer votre qualité de vie. C'est ce que j'ai décidé de faire au quotidien depuis déjà un certain nombre d'années et ça fonctionne pour moi, alors pourquoi pas pour vous?
Fermer le menu