Top Navigation

   
Recevez chaque mois la lettre du bien-être et bénéficiez
gratuitement de 30 jours de coaching santé et bien-être.
Je déteste le spam tout autant que vous. Votre adresse est en totale sécurité.
   

Mais pourquoi donc avons-nous de mauvaises habitudes

mauvaises habitudesQui d’entre nous n’a aucune mauvaise habitude ? Je ne sais pas pour vous mais moi j’en ai mais je ne vous dirai pas lesquelles. De toutes façons là n’est pas le sujet du jour mais de la compréhension des mécanismes qui font que ces mauvaises habitudes perdurent peut naitre la possibilité de s’en débarrasser facilement. C’est tout l’objet des recherches entreprises par certains scientifiques sur les réactions développées au sein de notre cerveau.

Mauvaises habitudes et bien-être émotionnel

Si l’on s’intéresse aux raisons qui poussent certaines personnes à se débarrasser de certaines de leurs mauvaises habitudes, on constate que le critère émotionnel est le plus efficace. Pour changer il faut en premier lieu en avoir envie, profondément envie. Si vous décidez à contre cœur de vous débarrasser d’un de vos travers, il est plus que probable que vous allez échouer.

Cette constatation de l’importance de l’émotionnel dans le succès explique aussi que l’implication et le soutien de votre entourage soient des facteurs de réussite pour vous débarrasser de mauvaises habitudes telles que le tabac. Faire plaisir à vos proches ou rechercher leur estime crée chez vous un sentiment de bien-être qui vous aidera à dépasser vos frustrations.

De même l’impact positif de la punition chez les plus jeunes pour leur faire perdre leurs mauvaises habitudes repose sur le mêmes bases puisque la punition s’adresse aussi à l’émotion et à l’intelligence.

Le cerveau réagit aussi de manière physico-chimique

Peu d’expériences ont été réalisées sur des êtres humains pour obtenir une corrélation entre sensibilité de certaines zones cérébrales et addiction aux mauvaise habitudes en raison de la complexité de nos centres nerveux. Par contre les rongeurs ont fait l’objet de nombreuses recherches portant sur l’obtention de récompenses alimentaires suite à telle ou telle action.

Ainsi l’activité du noyau gris central du cerveau (zone correspondant à la mémorisation des apprentissages) augmente pendant tout le temps de parcours d’un labyrinthe chez le rat pendant les premiers jours puis seulement à la vue du labyrinthe et à l’obtention de la récompense. C’est exactement ce qui se passe avec nos mauvaises habitudes qui nous coupent d’instant présent en focalisant uniquement notre attention sur le résultat. Supprimer la récompense entraine à nouveau le fonctionnement du noyau gris pendant toute la séquence de même que supprimer une addiction nous rend à nouveau plus réceptifs à notre environnement et aux autres.addiction

Ces mécanismes ne sont pas immuables

Plus une habitude est ancienne, plus elle va se caractériser par un automatisme important dans sa manifestation, bien en dessous du niveau de conscience. Il semblerait que dans ces cas, seul un stress important (pour une fois bénéfique) puisse permettre de s’en débarrasser. Une alerte de santé pulmonaire incite ainsi facilement un grand fumeur à stopper sa consommation de tabac (Etant passé par là, je vous garantis que ça fonctionne).

L’âge renforce également notre sensibilité à nos mauvaises habitudes comme si en vieillissant l’altération de notre mémoire nous faisait perdre conscience de leur caractère néfaste.

Comprendre les raisons et mécanismes de nos mauvaises habitudes est donc un élément important susceptible de nous aider à nous en débarrasser. Plus nous décortiquons les raisons d’une addiction, plus nous avons de chances de parvenir à la surmonter. La recherche scientifique sur la manière dont nous pensons, ressentons et réagissons est donc un atout mais il existe bien d’autres moyens de vaincre les mauvaises habitudes.

  

jean-pascal guillon

  





Le blogging est un hobby mais le bien-être, la nature et le développement, que d'aucuns qualifieront de durable et moi plutôt de responsable, sont de vraies passions. Lecture et écriture sont pour moi des outils de détente et j'espère au travers de mon blog vous communiquer mon intérêt pour ces sujets et vous permettre d'améliorer votre qualité de vie. C'est ce que j'ai décidé de faire au quotidien depuis déjà un certain nombre d'années et ça fonctionne pour moi, alors pourquoi pas pour vous?

, , , , , ,

Laisser un commentaire

6 Réponses à Mais pourquoi donc avons-nous de mauvaises habitudes

  1. Jeanne de mycosmetik 09/07/2012 à 16:11 #

    Je crois bien que nous captons ces substances chimique à travers l’odorat… cela veut il dire que nous réagissons également en fonction des odeurs qui nous entour ?

  2. Jean-Pascal 09/07/2012 à 23:57 #

    Bonsoir Jacques. Les substances chimiques en question ne sont captées nulle part, ce sont des neuro-médiateurs qui ne quittent pas notre organisme et plus précisément les tissus nerveux de notre cerveau.Ce qui n’empêche que nous pouvons égalemnt réagir bien sûr aux odeurs qui nous entourent voire dans certains cas développer une addiction à telle ou telle flagrance.

  3. sophie@champignon maison 10/07/2012 à 15:18 #

    Le principe de l’addiction est très compliqué et difficile à briser. Le cerveau fait des associations entre le plaisir et la chose à laquelle on est accro, que ce soit la cigarette, le chocolat ou autre chose d’ailleurs. Il faut un sacré travail sur ses émotions pour arriver à se défaire d’une addiction.

  4. Jean-Pascal 12/07/2012 à 22:27 #

    Bonjour Sophie,
    Oui toute addiction est en général associée à un point d’ancrage qui est en général une émotion de plaisir même si celui-ci est fugace ou superficiel. C’est en retirant cette émotion justement que l’on parvient à rompre l’addiction. On retrouve ici tout le système des méthodes de thérapie disruptives qui vont faire disparaître ou plutôt remplacer cette émotion par une sensation déplaisante.

  5. Elise 23/07/2012 à 15:36 #

    Et pourquoi addiction rimerait toujours avec quelque chose de négatif ou de péjoratif ?
    Peut-être que certaines addictions sont des exutoires nécessaires qui mériteraient d’être entretenus ?

    🙂

  6. Jean-Pascal 23/07/2012 à 22:10 #

    Bonsoir, c’est une excellente question mais par définition addiction sous-entend à la fois excès et dépendance, 2 notions qui sont aux antipodes de la liberté. Maintenant, si on accepte qu’un exutoire puisse venir d’un autre asservissement, pourquoi pas. Ce n’est pas ma tasse de thé mais cela ne veut pas dire que ce n’est jamais salutaire. En tout cas merci pour ce sujet de réflexion sur lequel j’invite tous les lecteurs(trices) à s’exprimer.

Recevez chaque mois la lettre du bien-être et bénéficiez
gratuitement de 30 jours de coaching santé et bien-être.
Je déteste le spam tout autant que vous. Votre adresse est en totale sécurité.