Top Navigation

   
Recevez chaque mois la lettre du bien-être et bénéficiez
gratuitement de 30 jours de coaching santé et bien-être.
Je déteste le spam tout autant que vous. Votre adresse est en totale sécurité.
   

Je hais le développement personnel !

je hais le développement personnel est un ouvrage du sociologue Robert Ebguy qui s'en prend aux coachsJe hais le développement personnel, en voilà un curieux titre sur un blog dont l’auteur ne cesse de clamer que le bien-être et le bonheur passent par le développement personnel. Non, en réalité ce cri du cœur n’est pas de moi mais de Robert Ebguy qui a ainsi intitulé un ouvrage paru en 2008. Alors, le développement personnel nous serait-il nuisible et faudrait-il se demander comme l’auteur s’il faut « brûler les coachs » ? La réponse peut venir de l’analyse de ce livre bien plus optimiste qu’il ne le paraît de prime abord.

Pourquoi tant de haine ?

En premier lieu, il faut replacer le livre « Je hais le développement personnel » dans son contexte. La colère de Robert Ebguy vise les coachs d’entreprise qui surfent sur une mode pour faire subir aux individus une mutation que l’on pourrait qualifier de normative. Pour lui, ces coachs cherchent à nous faire croire que la vie est une course à la performance et à la victoire et le développement personnel n’est qu’un ensemble de techniques de conditionnement. Le but poursuivi n’est alors qu’un gain matériel sans aucune relation avec justement le personnel.

Le sociologue qu’il est analyse ainsi que ces techniques sont très réductrices en regard de la personnalité de l’individu, au même titre que n’importe quel totalitarisme. Ce formatage n’est pas effectué dans l’intérêt de l’humain mais dans celui de l’entreprise et plus largement au profit d’une certaine forme de société.

Alors pourquoi un tel engouement depuis 10 à 15 ans en faveur de ces techniques de développement personnel ? La question mérite effectivement d’être posée.

Les raisons de l’emprise croissante des coachs.

Nul ne peut ignorer l’engouement de ces dernières années pour le développement personnel et la prolifération des stages permettant de nous former à ces techniques. Tout ce marché, car il faut bien le nommer ainsi, repose sur la perte d’identité des individus dans un monde qui ne prend pas en compte l’humain dans son ensemble mais le compartimente, le fragmente : nous sommes devenus clients, consommateurs, électeurs, géniteurs …

le coaching et le développement personnel sont remis en cause par Robert EbguyChacun cherche alors à se définir par rapport aux autres et est à la recherche de modèles. Et justement, les coachs sont ceux qui fournissent ces modèles, qui mettent en avant des repères, un itinéraire à suivre pour trouver sa place dans un espace social.

Oui mais voilà, ces coachs ont pratiquement tous suivi la même voie, une formation developpement personnel similaire et proposent donc aux uns et aux autres une uniformisation dans leur vision de l’être et une amélioration toujours axée sur la performance. La société a en quelque sorte créé une ingénierie de la personne humaine.

Ma vision du développement personnel.

Personnellement, je pense que la colère de Robert Ebguy est totalement justifiée mais je le rejoins sur ses conclusions et l’optimisme de la dernière partie de son ouvrage en considérant que ces techniques de coaching ne sont pas des méthodes de développement personnel mais de développement de la personne au profit de la société.

le coach en développement personnel ne doit pas formater un individu à se définir par rapport aux autres

Nous ne sommes pas des entreprises, nous n’avons pas besoin de performance. Ce dont nous avons besoin est d’accéder au bonheur et d’être nous-mêmes ce que moi j’appelle être tout simplement. Alors, il faut brûler les coachs ? Non, je ne le crois pas bien au contraire. Les coachs sont détenteurs de techniques qu’ils doivent utiliser comme outils et non pas comme une fin en soi afin de permettre à chacun d’exprimer son imaginaire à partir du moment présent et non pas en relation avec le passé ou avec les autres. Chaque individu doit pouvoir définir ses propres rêves et les techniques de développement personnel doivent simplement fournir les moyens de mener à bien leur réalisation.

Remettre l’individu au centre de la société et l’aider à être lui, tels devraient être les attributions des coachs de conseil développement personnel. Que chacun cultive son génie propre et exprime toutes ses capacités, pour lui-même et non pas pour les autres ou par rapport aux autres ! Ce n’est que mon avis, peut-être pas le vôtre ….

jean-pascal guillon webmaster du blog les livres du bien-être : santé bien-être et développement personnel

Le blogging est un hobby mais le bien-être, la nature et le développement, que d'aucuns qualifieront de durable et moi plutôt de responsable, sont de vraies passions. Lecture et écriture sont pour moi des outils de détente et j'espère au travers de mon blog vous communiquer mon intérêt pour ces sujets et vous permettre d'améliorer votre qualité de vie. C'est ce que j'ai décidé de faire au quotidien depuis déjà un certain nombre d'années et ça fonctionne pour moi, alors pourquoi pas pour vous?

,

Laisser un commentaire

10 Réponses à Je hais le développement personnel !

  1. jphil@perdredupoids 26/11/2013 à 19:19 #

    Bonjour Jean Pascal

    la perte d’identité comme justificatif .Oui pourquoi pas ? Mais la fuite des responsabilités , la perte de l’autonomie ou l’incapacité de se prendre en charge. Ou tout simplement la peur de s’exprimer , pour ne pas être viré ? Autant de pistes pour expliquer ce phénomène du coaching .Ou alors pourquoi pas une stratégie de manipulation des coachs d’entreprise pour formater les individus au profit de la rentabilité ?
    jphil

  2. Jean-Pascal Guillon 26/11/2013 à 19:36 #

    Bonsoir Jean-Philippe
    Que sous couvert de développement personnel les coachs d’entreprise visent avant tout la performance et la rentabilité, cela ne fait aucun doute et est la matière même sur laquelle s’appuie Robert Ebguy dans sa critique de ce système. A l’échelle de l’individu, c’est essentiellement la perte des repères qui explique un recours au coaching avec aussi certainement un manque de volonté de se prendre en charge. Au total cependant, le risque majeur est justement une perte d’identité par excès de formatage si le coach ne se contente pas de permettre à l’individu d’exprimer les capacités propres sans le guider dans un sens précis.

  3. Emma 28/11/2013 à 10:41 #

    Je suis du même avis et entièrement d’accord avec le ral le bol de Robert et je ne sait pas si la dernière citation est de vous ou de lui , en tous cas s’est vrais et généralement les coach ont une formation similaire parfois et excuser de le dire ils prennent pas la peine de connaitre la personne un peu mieux pour voir et déterminer quel programme doit il suivre pour s’aider lui même, vous me dirait qu’un coach n’est un psy oui , mais il y a un minimum à connaitre je pense

  4. Jean-Pascal Guillon 28/11/2013 à 12:46 #

    Vous dites « Un coach n’est pas un psy », personnellement je répondrai « presque ». Ensuite, c’est vrai que la société met en avant des modèles, concepts largement promus par les coachs, plutôt que de replacer l’individu au centre de sa propre vie. Il est tellement plus facile de contrôler des schémas connus que des millions d’électrons libres … même si au final le bien-être de chacun doit en pâtir.

  5. Régis de Moment Présent 29/11/2013 à 14:36 #

    Bonjour,

    Un coach n’est pas un psy en effet. Le but du Psy est de travailler sur des symptomes, des maladies ; le coach lui travaille avec le coaché sur les objectifs que celui ci aimeraient.

    Quand à l’orgument que les coachs ont tous la même formation il est caduque et drole à la fois. Caduque car le travail du coach est de mettre en avant les ressources du coaché donc de travailler à oartir du client et non de soi. Drôle car faire un livre sans connaitre la base et de fondement du coaching à savoir que chaque personne est unique et parler d’unicité c’est comme faire un livre sur les végétariens en argumantant qu’ils mangent trop de viandes.

    Bonne journée

  6. Jean-Pascal Guillon 29/11/2013 à 14:51 #

    Bonjour Régis. Il faut en fait revenir au contexte de la parution de ce livre et prendre en compte qu’en 2008 le coaching concernait surtout la place du salarié dans l’entreprise. Depuis, le coaching s’est élargi à la sphère privée pour un véritable développement personnel qui prenne en compte les désirs profonds de chaque individu. Cela constitue d’ailleurs la dernière partie de l’ouvrage de Robert Ebguy et le contenu de ma conclusion pour cet article. Une grande note de positif !

  7. Elsa 13/12/2013 à 08:14 #

    Le coaching absolu n’a pas vraiment d’intérêt je pense. Par contre dans certain cas un coach peut avoir un rôle de boosteur de confiance et donc aider à un certain bonheur et au plaisir.

  8. Jean-Pascal Guillon 13/12/2013 à 08:28 #

    Bonjour Elsa. En effet le coaching « absolu » n’a aucun sens car aucun de nous (pas moi en tout cas) n’ a envie de se transformer en gentil robot. C’est hélas ce qui a très longtemps été pratiqué dans le cadre des coachings d’entreprise. Chacun doit au contraire garder sa personnalité et ses inspirations propres, le coach n’étant présent que pour révéler les voies possibles et permettre aux potentialités de s’exprimer pleinement.

  9. Franck@Pierre et vacances forum 17/12/2013 à 11:25 #

    Bonjour,
    Il faut dire que Robert Ebguy n’a pas forcément tord… J’ai déjà eu l’occasion de rencontrer des coachs de développement personnel et il faut dire qu’on sent dans certains de ces coachs qu’ils ne croient pas forcément à ce qu’ils nous disent! Ils cherchent à te mettre dans un moule, pour que l’entreprise prospère. Jusqu’à maintenant je n’ai trouvé les réponses que je cherchais que sur les blogs ou dans certains ouvrages…
    Merci pour la présentation de cet ouvrage!

  10. Jean-Pascal Guillon 17/12/2013 à 12:29 #

    oui, le coaching d’entreprise a plus souvent été un coaching de « rendement » plus que de développement personnel mais je pense que c’est aujourd’hui une époque qui se termine et que les managers commencent à reconnaître l’intérêt qu’il peut y avoir à laisser s’exprimer les qualités et les particularités individuelles.

Recevez chaque mois la lettre du bien-être et bénéficiez
gratuitement de 30 jours de coaching santé et bien-être.
Je déteste le spam tout autant que vous. Votre adresse est en totale sécurité.