Top Navigation

   
Recevez chaque mois la lettre du bien-être et bénéficiez
gratuitement de 30 jours de coaching santé et bien-être.
Je déteste le spam tout autant que vous. Votre adresse est en totale sécurité.
   

Infertilité : hommes et femmes dos à dos mais à égalité.

L'infertilité peut pour certains couples tourner à l'obsession tant le désir d'enfant peut être intense.L’infertilité est, pour de nombreux couples, vécue comme un drame et ce à juste titre puisque la finalité biologique d’un couple est la procréation. Ne pas avoir d’enfant met alors le couple en péril et provoque chez chacun des partenaires un sentiment de culpabilité. Souvent, la femme se sent tout de même plus affectée que l’homme puisque la nature veut que ce soit elle qui porte le bébé et le mette au monde. Pourtant, les statistiques en matière d’infertilité sont très claires et mettent homme et femme au même niveau de risque :

  • 30 % des cas d’infertilité sont dus à la femme
  • 30 % des cas d’infertilité sont dus à l’homme
  • les 2 partenaires sont impliqués simultanément dans 20 % des cas
  • il existe 20 % de cas dans lesquels la cause de l’infertilité demeure inconnue

Cette dernière situation est l’objet même de cet article par un exposé sur l’infertilité et ses causes psychologiques, causes très difficiles à mettre en évidence et à traiter par les médecins.

le reproduction est le fondement biologique du couple et l'infertilité peut devenir un drame

Les fondements de causes psychologiques

Il peut sembler difficile à première vue de concevoir que notre cerveau puisse être par lui-même une des causes de l’infertilité et pourtant certains exemples en sont la parfaite illustration :

  • certains couples, alors qu’ils ont été diagnostiqués stériles après de multiples examens (s’étalant parfois sur plusieurs années), se retrouvent géniteurs du jour au lendemain, comme si le verdict d’infertilité avait provoqué une sorte de lâcher prise
  • des femmes, qui ne parviennent pas à mettre en route de grossesse en dépit de toute explication médicale, se retrouvent parfois enceintes lorsqu’elles perdent brutalement leur travail, preuve que le stress professionnel suffit à entrainer un blocage de leur capacité reproductrice

Ce ne sont ici que deux exemples parmi les plus fréquents et il existe beaucoup d’autres facteurs psychologiques susceptibles d’être des causes de l’infertilité au sein d’un couple.

l'infertilité et l'absence d'enfant ont à la fois des causes et des conséquences psychologiques

Les conséquences psychiques des difficultés de conception peuvent devenir les causes du problème

J’en reviens ici au premier exemple cité ci-dessus parce que ce cas est très évocateur des problèmes rencontrés et constitue probablement une forte proportion des 20 % de cas de stérilité inexpliqués. En effet, lorsqu’un couple désire un enfant, fruit de l’amour des 2 partenaires, le moindre échec peut les amener à rentrer dans une spirale infernale pour les raisons suivantes :

  • beaucoup de couples se persuadent qu’ils sont les seuls dans cette situation alors que celle-ci est très fréquente et normale, concevoir un bébé ne marche que rarement du premier coup
  • cet échec est souvent synonyme de honte, voire de clandestinité vis-à-vis de l’entourage et le couple peut aller jusqu’à s’isoler pour éviter les questions ou allusions des proches
  • l’impossibilité de mettre en route une grossesse est perçue parfois comme le signe d’un amour insuffisant entre l’homme et la femme et rend rapidement la vie de couple insupportable
  • le parcours du combattant que cela engendre au niveau de la prise en charge médicale finit par faire perdre toute notion d’intimité et de désir

Les loisirs et les vacances sont parfois un remède simple à l'infertilité en permettant de lâcher prise

Les solutions aux causes psychologiques d’infertilité

Comme dans tout problème à déterminisme psychologique, la première mesure est d’éviter de se renfermer, voire de s’isoler même s’il s’agit ici d’un sujet particulièrement intime. Il faut donc avant tout en parler, non seulement avec son conjoint mais aussi avec des personnes extérieures : amis, famille, psychologues et autres thérapeutes. Extérioriser ses doutes et ses angoisses permet toujours d’en alléger le poids.

Le couple mais aussi le corps médical doivent comprendre que le stress peut aussi bloquer le processus d’ovulation et doit être pris en charge. Sortir, voir du monde et se changer les idées est un excellent moyen de distraire son esprit et d’oublier autant que possible ce problème. Des thérapies du stress par le yoga, la méditation ou l’hypnose peuvent aussi se révéler être des traitements efficaces de ces causes de stérilité.

Enfin, et en conclusion il faut parfois se résigner à admettre que tout ne marche pas toujours comme on le souhaiterait dans la nature. Ce n’est pas pour autant qu’il faut s’en sentir responsable ou en vouloir à la terre entière. Et puis … l’adoption est un excellent remède à l’infertilité et l’occasion de donner la chance à un enfant d’avoir une belle vie.

jean-pascal guillon webmaster du blog les livres du bien-être : santé bien-être et développement personnel

 

Le blogging est un hobby mais le bien-être, la nature et le développement, que d'aucuns qualifieront de durable et moi plutôt de responsable, sont de vraies passions. Lecture et écriture sont pour moi des outils de détente et j'espère au travers de mon blog vous communiquer mon intérêt pour ces sujets et vous permettre d'améliorer votre qualité de vie. C'est ce que j'ai décidé de faire au quotidien depuis déjà un certain nombre d'années et ça fonctionne pour moi, alors pourquoi pas pour vous?

,

Laisser un commentaire

4 Réponses à Infertilité : hommes et femmes dos à dos mais à égalité.

  1. robe grande taille 08/11/2013 à 17:08 #

    C’est vrai qu’il y a de en plus de maladies qui sont dues au stress c’est derniers temps. Il est important de toujours garder l’espoir et la foi. J’en connais des couples qui ont attendu 10 ans et plus avant d’avoir des enfants, parce qu’ils ont gardé la foi. Et puis comme vous concluez, il reste toujours l’adoption comme dernière solution

  2. Jean-Pascal Guillon 09/11/2013 à 19:26 #

    Oui, il faut toujours croire en la vie et ses bienfaits. Vivre est une bénédiction et c’est là le plus important. Pour tout le reste, il y a toujours des solutions et dans le pire des cas se dire qu’il existe des problèmes encore plus graves. On trouve toujours aussi moyen de rendre un enfant heureux même si ce n’est pas le nôtre et son sourire est la plus belle des récompenses. Merci pour ce commentaire.

  3. hommes 11/03/2015 à 13:15 #

    C’est vrai qu’il ne faut pas sous-estimer la puissance du cerveau, surtout au niveau des choses inconscientes, et je suis persuadé comme vous l’expliquez très bien que ce pourcentage d’infertilité inexpliquée provient de plusieurs données psychologiques…nous ne sommes vraiment plus des « animaux » et toujours pas des machines 😉

  4. Jean-Pascal Guillon 12/03/2015 à 06:39 #

    Parfois même, nous avons perdu les qualités d’instinct des animaux sans acquérir celles très cartésiennes des machines. C’est ce qui fait la faiblesse de l’humain mais aussi son charme et quelque part sa force.

Recevez chaque mois la lettre du bien-être et bénéficiez
gratuitement de 30 jours de coaching santé et bien-être.
Je déteste le spam tout autant que vous. Votre adresse est en totale sécurité.